Amanwella au Sri Lanka le modernisme tropical de Geoffrey Bawa

Texte Anne-Marie Cattelain-Le Dû photos tous droits réservés

Entre cocoteraie et océan Indien, au sud-est de l’île, l’Amanwella niché au fond d’une baie en croissant, abritée des vents, semble conçu pour déconnecter du monde et de ses tracas. Avec pour seule musique celle du ressac. 

Une piste discrète et ombragée serpentant entre les villages, aboutissant pile sur l’océan conduit à l’Amanwella ( aman=paix, wella=plage, en sanscrit) fondu littéralement dans l’environnement. A bâbord, les parties communes, restaurant, bar, bibliothèque et l’immense piscine donnant à l’ouest. Spot de rêve pour assister au coucher du soleil. A tribord, le spa et les trente villas suites étagées sur trois niveaux dans la colline.

RS275_Amanwella - Walkway-lprL’architecte cingalais Geoffrey Bawa a privilégié à l’extérieur comme à l’intérieur le minimalisme pour laisser la part belle à l’océan Indien. Matériaux bruts, béton, bois et pierres, pour la façade et les larges terrasses ; piscine individuelle au fond de pierre vert foncé. Couleurs sourdes, parois coulissantes miel et salle de bains blanche dans les chambres. Pas de tableaux, pas de photos. L’épure ! Le paysage joue les décorateurs animant les lieux au fil des heures et des saisons.

 

17-Cooking-Class-SpicesLa table, c’est à souligner, car ce n’est pas toujours le cas dans les Aman, est gourmande. Déclinaisons d’assiettes de la mer, de légumes, mais aussi de plats sri lankais épicés avec justesse. Les inconditionnels des steaks frites trouvent aussi leur content ! Pains et desserts maison ravissent à l’envi. Le chef adore ménager des surprises, le soir notamment, et inviter ses hôtes sur la plage dans un décor ravissant. Nappe végétale en feuilles de cocotier, lucioles accrochées aux arbres et feu dessinent des scènes en clair-obscur étonnantes.

 

29 Wella Suite & Bathroom_1400x600Entre le va-et-vient des pêcheurs et habitants des villages proches, la ponte des tortues en novembre et décembre, le ballet des baleines de juin à septembre et le déferlement des vagues d’octobre à janvier, le spectacle est permanent. Pour qui souhaite se baigner dans l’océan mieux vaut privilégier la période comprise entre février et septembre, le vent ne soulève plus les flots qui s’aplatissent tels ceux d’un lac. On nage alors, en toute sécurité, dans une eau à 28°, heureux comme un poisson dans l’eau.

 

 

Le plus : Les expériences surprises, telles qu’un survol en hélicoptère, l’architecture intemporelle de Geoffrey Bawa, un des maîtres du “modernisme tropical”
Le prix : Nous avons trouvé courant novembre une Villa Ocean suite pour deux à 980 € TTC. Aucun minimum de séjour n’est imposé mais pour profiter des lieux 3 nuits semble une bonne moyenne.
A Savoir : L’hôtel dispose de 30 Villas Suite.
A voir alentour : Parcs nationaux de Bundala, Yala et Udawalawe avec leur faune sauvage, éléphants, cerfs, sangliers ; citadelle de Sigiriya ; nombreux petits villages aux marchés colorés.

 

Adresse : Boddhi Mawatha,
Wella Wathuara,Godellawela, Tangalle
Téléphone : + (94) 47 224 1333

Site Internet : www.aman.com/resorts/amanwella

Un site (en anglais) pour découvrir l’oeuvre singulière de Geoffrey Bawa : www.geoffreybawa.com

Y Aller : Jet Airways. Vols Paris Colombo via Bombay, tarifs à partir de 516 Euros aller retour en classe économie, 2314 Euros en classe Affaires. Réservations www.jetairways.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>