Un Retour des Bains en eau tiède

Il faut se méfier des visites de presse où tout est aseptisé par un personnel souriant. L’expérience quelques jours après peut-être très différente. La mythique boîte de nuit s’est donc transformée en hôtel. Nos premiers pas en tant que client furent surprenants, le concierge clef d’or aime jouer les cerbères veillant sur l’ouverture du bar “ce soir cela sera 19 heures ou 19 heures 30 je ne peux pas vous dire“. Etant arrivé à 18h45, il faut donc implorer le gardien du temple de pouvoir attendre à l’intérieur de l’hôtel la précieuse ouverture. Nous lui suggèrons de revoir de toute urgence le manuel de l’hospitalité propre à tout hôtel de luxe parisien -un petit stage rapide au Four Seasons George V ou au Park Hyatt Paris Vendôme semble s’imposer.

Tout a changé aux Bains et c’est pour le mieux. Pas de fausse nostalgie, les architectes dont Denis Montel de l’agence RDAI ont effectué un travail magistral. Le restaurant, le bar et les deux cours intérieures transportent les hôtes dans un nouvel univers parisien, teinté de touches brésiliennes. On reconnaît l’influence de São Paulo, notamment au bar qui rappelle celui du Fasano. Le barman du jour est d’ailleurs parfait. Faute de cartes imprimées pour le moment, il égrenne selon les envies de ses hôtes le menu des cocktails, on opte pour un Bloody Mary extravagant avec sa vodka au poivre et à l’ail (du label Polugar). Le concierge clé d’or s’impose un ballet de surveillance, faisant claquer les portes de la cuisine autour de notre table, comme dans un mauvais Vaudeville. 

Les lieux sont totalement vides, on sent toutefois une nervosité ambiante. On déplace une table qui n’est pas dans l’axe de l’entrée, on bouge quelques magazines. Une agitation soudaine trouble l’excellente musique, Emmanuelle Seigner et Roman Polanski font leur entrée. La nouvelle saga des Bains s’écrit en un exercice hôtelier, il faudra donc apprendre l’art de recevoir et de l’hospitalité, ce qui n’est pas encore gagné dans un tempo où arrogance et incompétence semblent jouer des coudes. 

Le plus : l’architecture intérieure conçue par Denis Montel et l’agence RDAI, le barman à l’écoute de ses hôtes
Le moins : l’accueil déplorable, le règne de l’apparence à défaut de celui de la qualité du service, un personnel arrogant ou tétanisé selon à qui l’on s’adresse reflétant un management tatonnant
ChambrelesBainsPrix : Nous avons réservé une chambre courant mai, 392 Euros pour deux personnes, petit-déjeuner non inclus, superficie annoncée de 23 m2. Pour une chambre supérieure, il faut compter 512 Euros la nuit et la Suite Les Bains avec terrasse à 1440 Euros. Test du produit hôtelier à venir dans nos pages.
A savoir : L’ouverture du spa imminente.
Affiliation : Design Hotels

Adresse : 7 Rue du Bourg-l’Abbé . 75003 Paris
Téléphone :
01 42 77 07 07
Site Internet : www.lesbains-paris.com
A deux pas : Les Halles, Etienne Marcel, Le Centre Pompidou

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>