Renaissance de La Bastide de Gordes

Texte par Anne-Marie Cattelain-Le Dû photos tous droits réservés

La Bastide de Gordes, au coeur du Luberon, a été le théâtre l’hiver dernier d’une rénovation en profondeur imaginée par Christophe Tollemer. L’architecte d’intérieur a redonné sa personnalité provençale à cette belle bâtisse du XVIe siècle en pierre blonde et facilité la vie des hôtes en aménageant couloirs et tunnels de circulation entre les différentes parties.

Comme aux Airelles, à Courchevel, l’aîné de la collection Lov Hotel groupe acquéreur de la Bastide, rien n’a été négligé pour ancrer l’hôtel dans cette terre de hautes traditions : personnel en habit provençal, tommettes anciennes, bouquets de lavande, meubles en merisier dont de superbes panetières, cotonnades fleuries à dominante rouge et verte. L’ambiance very frenchy et romantique séduit tout à la fois les Français, premiers clients des lieux et les Japonais. Ils viennent en nombre depuis qu’une des chaînes de télévision nippones diffuse un feuilleton dont de nombreuses scènes d’amour ( chastes) ont pour décor les champs de lavande qui s’étalent en vagues mauves en contrebas du village. Les terrasses dominant la vallée invitent dès les premiers beaux jours à déjeuner et dîner face à ce paysage ponctué de cyprès, de vignes et d’oliviers, où à se prélasser au bord d’une des piscines. Bien vu, le bassin réservé aux enfants, laissant aux adultes le plaisir de nager en toute tranquillité dans les autres.

Depuis peu le Pèir, Pierre en langue vernaculaire, de Pierre Gagnaire, paré sobrement de beige et de blanc, prolongé par une tonnelle, complète avec ses 24 couverts, l’offre gastronomique.  Les œuvres amusantes, tableaux, assiettes  et plats anciens blancs revisités par le peintre Philippe Favier apportent la note décalée et drôle.  Le Chef décline une carte de haute volée à base de produits régionaux tandis qu’en salle, le service souriant est assuré par une armée de jeunes gens dont les pantalons au-dessus des chevilles, dévoilent les chaussettes colorées, bleu pétrole pour le chef de rang, lie de vin pour les serveurs. La table, en blanc et bleu accueille la vaisselle de Sylvie Coquet rehaussée d’éléments très design belges, de Pieter Stockmans. On en redemanderait. Heureusement, quelques massages au spa Sisley, qui sera entièrement repensé l’an prochain, gomment en douceur les excès.

 

Le plus : un établissement exceptionnel au coeur du superbe village de Gordes
Le prix :  l’hôtel est doté de 40 chambres et suites. Nous avons trouvé pour le 14 octobre, une chambre de catégorie supérieure à 321,65 €, le prix d’une chambre est à partir de 195 €
A Savoir : La Maison de Constance est une demeure privée à louer (avec les services de la Bastide) séparée de l’hôtel par de somptueux jardins. Elle dispose de 4 chambres.

Affiliation : l’hôtel est membre de la collection The Leading Hotels of the World www.lhw.com
A deux pas : le château de Gordes avec sa collection Vasarely ; la Fondation Blachère d’art contemporain africain à Apt ; les villages du Luberon, Menerbes, Oppéde-le-Vieux, Roussillon, les carrières d’ocre.
A faire : une balade avec une 2 CV restaurée de Ma 2 CV en Provence www.2cv-provence-location.fr

 

 

La Bastide. Village de Gordes.
 Tél. : +33 (0)4 90 72 12 12. Site www.bastide-de-gordes.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>